quirao : idées cadeaux originales
Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) - maquette de bateau, voilier, runabout 

Cherchez un produit:  
Recherche avancée  

Recherche d'idée cadeau sur le site www.quirao.com avec Google
 


H.M.S Bounty - 100 cmSwift - 53 cm
maquette de bateau, voilier, runabout Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) Old Modern Handicrafts Quirao idées cadeaux


Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) par Old Modern Handicrafts
Catégorie : maquettes de bateaux, voiliers, runabouts




Le Saint Esprit (longueur de la coque 80 cm) est une maquette en bois assemblée à la main, coque bordées sur couple, gréement et voiles détaillés, accastillage bois ou métal

Commentaires :
Le Saint-Esprit vaisseau de 80 canons offert par l’ordre du Saint Esprit est construit dans l'arsenal de Brest en 1762-1766. Deux autres vaisseaux sont construits juste après selon les mêmes plans : la Couronne à Brest en 1765-1768 et le Languedoc à Toulon en 1764-1765. Il s'agit de puissantes unités, destinés à servir de vaisseaux-amiraux. La coque fait 184 pieds (soit 59,77 mètres) de long, 48 pieds 6 pouces (15,75 mètres) de large, avec un tirant d'eau de 23 pieds (7,50 mètres). Le vaisseau le Saint-Esprit est armé avec : 30 canons de 36 livres dans la première batterie ; 32 canons de 24 livres dans la seconde batterie et 18 canons de 12 livres sur les gaillards. Le début de l'engagement de la France dans la Guerre d'indépendance des États-Unis est marqué par la bataille d'Ouessant le 27 juillet 1778 : le Saint Esprit, commandé par le capitaine de vaisseau La Motte-Picquet, porte le duc de Chartres qui avec le grade de lieutenant général des armées navales dirige l'escadre bleue (c'est-à-dire l'arrière-garde de la flotte du comte d'Orvilliers).

A son bord se trouve également Robert Thomas SUTTON.
1er avril au 27 décembre 1779, le Saint-Esprit commandé par Du Chaffault, avec à son bord le futur Contre-amiral Charles René Magon de Medine, fait partie de l'escadre franco-espagnole forte de 66 vaisseaux qui croise de juin à septembre, en Manche sans que les Britanniques n'acceptent le combat.
Le 22 mars 1781, 20 vaisseaux de ligne (outre les 5 de Suffren qui partent en même temps) quittent Brest. Ce sont le Ville de Paris (106), Auguste (80), Languedoc (80), Saint-Esprit (80), Bourgogne (74)), César (74)), Citoyen (74), Diadème (74), Glorieux (74), Hector (74), Hercule (74), Magnanime (74), Marseillais (74), Northumberland (74), Pluton (74), Sceptre (74), Scipion (74), Souverain (74), Zélé (74), Vaillant (64), plus 3 frégates : Aigrette, Diligente, Médée, et 2 cotres: Alerte, Pandour . Ils escortent un convoi de 150 transports comportant notamment des renforts pour les Antilles.
Le Saint-Esprit, dans l'escadre de Grasse, participe à la bataille de la Chesapeake, le 5 septembre 1781.
En 1782, il est commandé par Nicolas René Henry de Grimoüard. Le vaisseau est renommé le Scipion en avril 1794, en hommage au général Scipion l'Africain.
Lors de la bataille de Prairial le 1er juin 1794, le vaisseau est sous le commandement du capitaine de vaisseau Hughet, dernier vaisseau à l'arrière-garde de la ligne de bataille. Ce premier combat naval contre les Anglais n'est pas très glorieux. Le 1er juin 1794 (13 prairial an II), devant Brest, la flotte doit protéger l'accès d'un convoi de blé. Des équipages réquisitionnés sont à bord. Ils n'ont pas été entraînés. Des canonniers de l'armée de terre sont venus en renfort sans expérience du combat à la mer. C'est un noble rallié : Villaret de Joyeuse qui commande la flotte française. La flotte française est imposante, composée notamment des : Révolutionnaire (110 canons) , le Terrible (110 canons) , le Sans-Pareil (80 canons), la Montagne, l'Indomptable (74 canons), le Tyrannicide (74 canons), le Montagnard, le Patriote, la Convention, le Révolution, le 31-et-un-mai, le Juste, le Mercius, le Jemmapes, le Pelletier, le Marat, le Jacobin (74 canons), l'Impétueux, l'Eole, le Trajan, le Scipion, l'Alexandre, le Tourville. L'expérience des marins anglais et de leur amiral Howe font la différence. Les tirs anglais sont d'une extrême précision et d'une extrême rapidité visant à tuer les matelots français en priorité. Une seule bordée du Queen-Charlotte met hors de combat 300 marins français du Montagne. Le HMS Glory coupant la ligne française juste devant la proue du Scipion, lâche au passage vers celui-ci une terrible bordée à bout portant. Le vaisseau français s'en sort totalement démâté. Au soir, la flotte française bat en retraite. Sept vaisseaux français se sont rendus, dix-neuf restent à flot, dont plusieurs démâtés, coques percées, désemparés, à la remorque des autres.
Une légende va naître avec le-Vengeur-du-Peuple qui a tenu tête à 3 vaisseaux anglais (356 morts) avant de couler (400 marins sauvés par les Anglais). L'histoire retient que le-Vengeur-du-Peuple a coulé pavillon tricolore cloué au mat d'artimon. C'est la première fois que les trois couleurs étaient arborées. Mais quand le-Vengeur-du-Peuple coule, vers 18H30, tous ses blessés et ses mourants demeurent encore sur le pont. 5 000 marins français sont morts, blessés ou prisonniers. Mais le convoi de blé est passé intact. Deux commandants de navire seront jetés en prisons, 6 seront cassés de leur grade. Enfin le vaisseau participe à la Campagne du Grand Hiver. Jusqu'à présent, les vaisseaux étaient désarmés l'hiver, afin d'éviter de fatiguer inutilement leurs coques et leurs mâts. Malgré des équipages incomplets et sous entraînés, des approvisionnements insuffisants en fournitures militaires (bois, cordages, voiles poudres) et des vivres réduits au minimum, le gouvernement révolutionnaire, en mal de prestige sur mer et d'intelligence, ordonna à l'escadre de Brest d'appareiller. Tout d'abord, le gouvernement décida d'envoyer à Toulon l'amiral Renaudin avec six vaisseaux. L'armée navale devait l'accompagner jusqu'à la sortie du golf de Gascogne, puis croiser une quinzaine de jours dans ses parages, et détacher six vaisseaux et trois frégates vers la Guadeloupe avant de rentrer à Brest. Pour fournir à ces navires les vivres nécessaires, il fallut dégarnir les autres, et beaucoup de vaisseaux n'emportaient plus que 15 jours de vivres. Le 24 décembre (4 nivôse an III), Villaret Joyeuse donna le signal de départ à l'armée navale forte de 35 vaisseaux de ligne. Le vent du Nord Est était établi grand frais. Dans la confusion générale, le Républicain, toujours commandé par le capitaine de vaisseau Longer, s'échoue sur la roche Mingant sur laquelle il reste accroché jusqu'au petit matin, avant de se disloquer complètement, tuant 10 marins. Pour éviter une nouvelle catastrophe, Villaret de Joyeuse fait mouiller l'escadre qui ne repart que 7 jours plus tard. Durant la nuit du 30 au 31 décembre le vent grossit. Le Téméraire signala une voix d'eau, tandis que le Nestor démâta et dut rentrer à Brest en catastrophe. Entre temps, l'Anglais avait eu vent des préparatifs de l'escadre. Cependant, il ignorait son départ et dépêcha trois frégates au large de Brest pour aller aux renseignements. L'une d'entre elles, passa dans l'anse de Berthaume lorsque des signaux lui furent adressés. Elle y répondit en hissant le drapeau français, ce qui lui permit de poursuivre sa route sans être inquiétée. Au large de la pointe Saint- Mathieu, elle rencontra le Nestor, fortement avarié, qui tentait de rejoindre Brest sous gréement de fortune. Poussant l'audace jusqu'au bout, Smith, le commandant de la frégate anglaise, passa à portée de voix du navire et engagea la conversation avec le capitaine du Nestor dans un français impeccable. Le prenant pour un compatriote, celui-ci lui expliqua qu'il demandait de l'aide et que l'escadre avait appareillé. Fort de ces précieux renseignements gagnés à bon compte, Smith mit toutes voiles dehors pour renseigner ses supérieurs. Cet épisode burlesque est resté célèbre dans la Royale Navy. Il fut très longtemps cité en exemple pour démontrer l'avantage à bien maîtriser la langue de l'ennemi. Cependant, il n'était pas besoin des anglais pour venir à bout de Villaret et de son escadre délabrée. Le vent et les tempêtes allaient s'en charger au-delà de toutes leurs espérances. Au fil des jours, les navires français mal équipés et mal entretenus fatiguaient de plus en plus, et les avaries se multiplièrent. Le Téméraire qui faisait eau, parvint à regagner Saint-Malo sans trop de dommages. Par contre, le Neptune qui était dans la même situation s'échoua de justesse sur un banc de vase au large de Perros-Guirrec. On retrouva 50 marins morts dans ses cales qui étaient pratiquement noyées. Le 28 Janvier, c'est au tour du Neuf Thermidor de sombrer. On parvint à sauver de justesse son équipage. Le 31 Janvier, le Scipion fait naufrage. Son équipage est sauvé par le vaisseau le Trente-et-un Mai. Le Superbe subit le même sort. La Convention qui avait perdu son gouvernail dut être remorquée sur Lorient. Les vaisseaux qui devaient se rendre à Toulon ne purent le faire, car ils durent partager leurs vivres avec les autres. Les débris de l'armée navale dispersée dans le golfe de Gascogne rentrèrent à Brest du 28 Janvier au 3 février 1795. Le bilan de la Croisière du grand hiver se solda par la perte de trois vaisseaux et des avaries majeures sur une dizaine d'autres. Les soixante dix navires de commerce anglais capturés pendant cette opération ne compensèrent pas les pertes.

Voir tous les Le Saint Esprit du site quels que soient les créateurs

Spécifications du produit Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm)

     Détails : cliquer pour agrandir
détail maquette de bateau, voilier, runabout Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) Old Modern Handicrafts
détail maquette de bateau, voilier, runabout Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) Old Modern Handicrafts
artisan / fabricant :Old Modern Handicrafts
référence :T149
type :voilier historique
matière :Bois
période :18e siècle
dimensions :94 cm x 23 cm x 80 cm
finition :haut de gamme
année :1765
marque :Arsenal de Brest
pays :France
détail maquette de bateau, voilier, runabout Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) Old Modern Handicrafts
détail maquette de bateau, voilier, runabout Saint Esprit (Le) - (coque 80 cm) Old Modern Handicrafts

Produits suggérés dans la catégorie maquette de bateau, voilier, runabout
en stock, expédition immédiate
maquette de bateau, voilier, runabout gondole Gondole 60 cm black and red Gia Nhien 36.00 € ttc

     Mon compte
Accéder à votre compte
Email:
Mot de passe:
   
 
Créer un compte
     Mon panier
panier?

paiement sécurisé sur paypal ou sur le site du crédit agricole e-transaction Crédit agricole
paiement avec paypal paiement en carte bancaire paiement en carte bancaire
paiement en carte bancaire american express paiement par cheque
 

     Les news